Rumeurs

Mais où se cache donc la compagnie de l'Echo?

Au fond à droite!

Entendu dans une taverne vraiment mal famée.

par Kasei*

PS: Après vérification, il s'avère que cette rumeur est sans fondement... ;o)

L'ombre du Phare, un facteur de pluralisme?

Lorsque nous avons appris la naissance de l'Ombre du Phare, nous nous sommes empressés de nous en procurer un exemplaire. L'Ombre du Phare, édité clandestinement à Phénice en réponse au Phare de la Roke, la presse institutionnelle locale, se propose de délivrer une information libre et alternative, volonté dont nous ne pouvons que nous réjouir. Rappelons nos convictions sur ce point: nous pensons que la liberté de parole est indispensable à la lutte contre le Shankr et au développement de l'humanité.
L'Echo de l'Obscur devrait donc se féliciter de l'apparition d'un nouveau journal en Sombre-terre, d'autant plus qu'il s'agit d'un journal local; hélas, trois fois hélas, le ton de "L'Ombre", les idées qui y sont développées et l'éthique qui s'en dégage ne sauraient recueillir notre assentiment: sous couvert de contestation de l'ordre établi, "L'Ombre" laisse entrevoir des convictions que nous qualifierons pudiquement de peu recommandables. En effet, si nous, à l'Echo, n'approuvons pas certaines décisions prises par le pouvoir Phénicien, nous ne mélangeons pas tout et ne cautionnons pas le confinement, l'enfermement et l'immobilisme, bref, les idées conservatrices.
Rappelons les faits: Sombre-terre change à un rythme qui étourdit tout un chacun et de nouvelles réalités frappent de plus en plus violemment nos modes de vie. Le développement du commerce, plus particulièrement le commerce entre Stallites (sans parler du commerce entièrement délocalisé, directement de Compagnie à Compagnie), est une chose entièrement nouvelle; en l'état, personne ne peut honnêtement prévoir si cette évolution sera globalement bonne ou mauvaise. L'initiative de Phénice, consistant à promouvoir cette évolution en tentant de resserrer les liens avec Istan et Nople d'une part, et en favorisant l'installation des Compagnies dans ses Haltes (devenues de véritables zones franches) d'autre part, peut (doit!) être discuté dans ses modalités, mais ne saurait être contesté dans son principe, puisqu'il s'agit ici de structurer, d'éviter les abus et de tenter de profiter d'une évolution qui touche globalement Sombre-terre et à laquelle un Stallite seul, fut-il le "Phare de la Roke", ne peut rien.
Sur ce dossier, "L'Ombre" prône purement et simplement la rupture avec les Syrthes, décision qui condamnerait probablement ces Stallites à une destruction dans un délai court (la Croisade de la Ville-Mouvement ne remonte pas à une époque si lointaine et la menace Shankr n'a pas diminué depuis, bien au contraire); par ailleurs, ce "journal", puisqu'il faut bien le nommer ainsi, sous couvert de défendre les intérêts des investisseurs Phéniciens "de souche", voudrait voir expulser les Compagnies étrangères, idée qui favoriserait l'isolement de Phénice et qui fait donc clairement le jeu des agents Shankr.
Critiquer est un droit (et un devoir, s'il aboutit à une opinion constructive), mais le droit de parole ne se confond pas avec le droit de dire n'importe quoi.


par Merson

Inspiration: Le Marcheur 1 & 2

Thalat, la fin d'un mystère?

L'Echo de l'Obscur, dans son numéro 14, rapportait l'existence d'une expédition commanditée par Rusk et la Compagnie des Semeurs et menée par Bran le Coureur dans le but de localiser Thalat. L'échec de cette mission, relaté par Bran lui-même dans les feuillets qui nous étaient parvenus, semblait alors total... Au moment où notre numéro 15 partait sous presse, Les Carnets de l'Obscur éditaient l'article définitif relatant cette expédition. A notre grande surprise, cet article dément totalement les allégations de Bran sur l'inexistence de Thalat, et il semblerait que ce Stallite existe bel et bien. L'Echo a-t-il été abusé ou manipulé? Nous avons mené notre enquête afin de comprendre ce qui s'est passé, notamment en rencontrant Bran le Coureur et Nako Shimbue. Ces entretiens ne lèvent pas le malaise dégagé par la volonté de secret affichée par Rusk. Ce silence, s'il devait persister, serait regrettable et nous espérons un dénouement rapide de cette histoire qui ressemble à vrai sac de noeuds...

par Merson

La suite de notre grande saga :

L'auberge de Rusk : Acte IV



par Stéphane Arnier